Guide voyage repdom

Guide voyage République Dominicaine

L’île d’Hispaniola, que la République Dominicaine partage avec Haïti, a longtemps été considérée comme le « secret le mieux gardé des Caraïbes ». Entre océan Atlantique et mer des Caraïbes, celle-ci ne manque pas d’atouts. Un littoral paradisiaque, des montagnes à la nature luxuriante et un riche patrimoine historique hérité de l’époque coloniale. Le secret se dévoile donc pour révéler de véritables trésors, pour le plus grand bonheur des voyageurs qui sont de plus en plus nombreux à se presser en République Dominicaine.

Tous nos voyages en République Dominicaine

Fiche pays
Climat

Avec une eau à 27 °C l’hiver et 31 °C l’été et des températures au thermomètre comprises entre 18 et 27 °C toute l’année, la République Dominicaine accueille des visiteurs de janvier à décembre. Seul inconvénient, une humidité éprouvante, de 65 à 80 %. La période la plus chaude, de mai à septembre, est également celle qui voit des orages fréquents, accompagnés de précipitations, s’abattre aussi violemment que brièvement. C’est donc en hiver, d’octobre à avril, que l’on a le plus de chance de pleinement profiter de son séjour.

Pays

C’est depuis Santo Domingo que Danilo Medina préside aux affaires de la République Dominicaine, un pays de 48 734 km2 peuplé par 10 millions d’habitants fidèlement attachés au catholicisme (95 %). De tout les legs de la colonisation, le plus vivace est très certainement l’Espagnol, langue officielle d’un pays qui n’a définitivement acquis son indépendance qu’en 1844. Entre les flots bleus des Caraïbes et les verdoyantes forêts recouvrant les montagnes intérieures, la République Dominicaine est un pays de contrastes dans bien des domaines.

L'artisanat

Quelques toiles d’art naïf souvent Haïtiennes et des sculptures constituent la majorité de l'artisanat local, guère développé. En revanche, rhum, café ou vanille sont incontournables et leur rapport qualité/prix s’avère imbattable. Les fumeurs pourront s'orienter vers des cigares et les mélomanes sur quelques CD de mérengué ou de bachata. Les femmes jetteront leur dévolu sur le larimar, pierre semi-précieuse sans équivalent ailleurs. Des bijoux en ambre de belle facture sont aussi proposés. Tout cela est bien évidemment à acheter dans une boutique officielle, les contrefaçons courant les rues. Côté activités, les sports nautiques (kitesurf et planche à voile) sont à l’honneur, tout comme la plongée sous-marine, avec de belles balades au plus près des récifs coralliens. Les plus terriens préfèreront les ranchs et haciendas des campagnes ou encore les randonnées du côté du Pico Duarte (3 087 m). Bref, il y a de quoi faire !

Informations pratiques
  • Passeport et visa

    Un passeport d’une validité supérieure ou équivalente à 6 mois, voilà le seul impératif pour un séjour inférieur à 3 mois. Une fois à l’aéroport, il convient de débourser 15 € pour acquérir une carte touristique à remettre aux douanes en quittant le territoire. Il est possible de s’acquitter de cette taxe directement au consulat. Il faut ajouter à cette somme 20 $ (14 €) à débourser à l’aéroport au moment du retour.

  • Formalités douanières

    A l’heure où nous écrivons ces lignes, chaque passager peut embarquer avec une cartouche de cigarettes, un litre d’alcool et pas plus de 1 000 $ (770 €) d’articles divers. Au retour, vous pourrez ramener un litre d’alcool et 50 cigares. Il est possible d’emporter les animaux de compagnie avec certificat de vaccination de moins de 30 jours et certificat de santé de moins de 15 jours. Pour de plus amples informations, consultez http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs .

  • Boucler sa valise

    Rien de bien original à prévoir avant de partir au soleil, mais il faut savoir que les hôtels ont une certaine tendance à faire fonctionner la climatisation à pleine puissance. Une petite laine au moment des repas n’est pas de trop. Il faut également savoir qu’on ne visite pas les lieux de cultes avec des vêtements trop courts. Tenues correctes exigées donc. Les Dominicains aiment sortir et de nombreux lieux réclament une certaine élégance.

  • Santé

    Des précautions sont à prendre, plus que de réels impératifs. En plus d’avoir son carnet de vaccination à jour, il est recommandé d’y ajouter les vaccins pour l’hépatite A et la typhoïde. Par ailleurs, ceux qui envisagent de se rendre dans les régions frontalières d’Haïti doivent prévenir tout risque de paludisme en suivant un traitement préventif. Par ailleurs, mieux vaut se limiter à des bains de mer, car très souvent, l’eau douce est contaminée par une bactérie appelée bilharziose, qui a la particularité de s’attaquer aux reins et à la vessie. Il faut aussi se méfier de certains produits de la pêche (principalement mérous, lichés et barracudas) en été. En effet, une algue apparaît à cette période de l’année et développe une toxine résistant à la cuisson. Enfin, crudités et fruits doivent être pelés et lavés, poissons et viandes réclament une vraie cuisson et l’eau se consomme uniquement si la bouteille achetée (ou servie à table) est parfaitement capsulée. Pour plus de précisions, se renseigner sur http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs .

  • Electricité

    Un adaptateur est indispensable, car les prises sont au standard américain : fiches plates en 110 volts. Mieux vaut l'acheter à l’avance, car il est difficile d'en trouver un sur place. Des coupures de courants affectent régulièrement les Dominicains, mais il faut savoir que la grande majorité des établissements touristiques sont équipés de générateurs.

  • Devises

    La monnaie locale est le peso dominicain. Bureaux de change, banques et certains hôtels permettent d’effectuer des opérations de change, tout comme certaines personnes dans les rues, se baladant avec des liasses à la main, et qu’il convient impérativement d’éviter. Après une longue chute de son cours, la monnaie locale semble s’être stabilisée. A l'heure où nous rédigeons ces lignes, 1 € vaut environ 58,77 RD$. Pensez tout de même à vérifier le taux de change avant le départ sur : https://fr.finance.yahoo.com/devises/convertisseur/ .

  • Carte bancaire

    Hôtels et restaurants, essentiellement dédiés au tourisme, acceptent dans leur quasi totalité les cartes bancaires habituelles. De même, des distributeurs automatiques sont présents dans les principales villes du pays. En cas d’excursion dans des contrées rurales, il est toutefois conseillé d’avoir quelques billets en sa possession. Côté commerce, il n’est possible de régler par carte que dans certains établissements haut de gamme.

  • Dollar americain

    Hôtels et principales banques des grandes villes acceptent de changer les euros, ce qui n'est pas le cas partout. En revanche, le dollar peut être utilisé !

Calendrier

Entre fêtes religieuses et fêtes civiles, pas un mois ne passe sans qu’une célébration n’anime les rues du pays. Très clairement, le moment fort de la vie de l’île est la période de carnaval. La Vega, Santiago et Bonao lancent la saison des défilés carnavalesques chaque dimanche, durant le mois de février. Le 27 février, date de l’indépendance, c’est Saint-Domingue qui entre dans la danse pour une semaine folle. La fête se prolonge en mars (Bonao, Puerto Plata), puis avril (Las Cachuas de Cabral). Le carnaval est ici l'expression de la culture populaire et de l’identité nationale.

Lexique des expressions courantes

Le e sonne comme un « é », le u comme un « ou » et les lettres frappées d’un accent doivent être appuyées. Si le r se roule, la jota transforme le j en « rh ». Tout comme le g s’il est placé devant un « i » ou un « e ». Enfin, le v se rapproche du « b » et le z du « s ».


Un : uno.

Deux : dos.

Trois : tres.

Bonjour (le matin) : buenos días.

Bonjour (après-midi, soir) : buenas tardes.

Merci : gracias.

S’il vous plait : por favor.

Excusez-moi : disculpe.

Pardon (pour demander le passage) : permiso.

Au revoir : hasta luego, chao.

Bon appétit : provecho.

Oui : sí.

Non : no.

Quand ? : cuándo ?

Combien ? : cuánto ?

Ouvert : abierto.

Fermé : cerrado.

L’addition : cuenta.

Prix : precio.

Petit-déjeuner : desayuno.

Déjeuner : almuerzo.

Notre Conseil

On se rend vite compte que les Dominicains vivent à un rythme plus lent, ce qui peut parfois agacer certains visiteurs, mais montrez-vous patient à l'égard des serveurs et des guides. Un seul conseil : « tomalo suave » comme disent les locaux, soit « prends-le à la légère ». Conseil qu'il faut également avoir en tête face aux dragueurs, quémandeurs et autres solliciteurs insistants.

Top 10 des incontournables
  • Punta Rucia (Carte : C1)

    Considérée comme la plage la plus somptueuse de toute l’île, la belle Punta Rucia se mérite. C’est au bout d’une piste cahoteuse que se dévoile cette merveille préservée, une longue plage qui voit les eaux turquoise s’échouer sur le rivage. Il y a peu de fond, la barrière de corail étant toute proche. Des barques baignent tranquillement et des pêcheurs ramènent poissons et langoustes, que leurs épouses cuisinent pour le plus grand bonheur des touristes. Le week-end venu, ambiance de fête assurée, avec les locaux !

  • Parque Nacional Monte Cristi, El Morro (Carte : C1)

    Un panorama attend le promeneur après 30 minutes de marche. D’un côté d’étonnants marais salants et de l’autre, c’est l’océan Atlantique qui s’étire à l’horizon. C’est pourtant sur des croix blanches, que s’arrête le regard. Elles représentent les 10 commandements. Une promenade dans les mangroves est possible, ainsi qu'une séance de « snorkeling » dans la réserve marine. 180 galions reposeraient au fond de la baie !

  • Parque Submarino La Caleta (Carte : E3)

    Les amoureux de plongée auront de quoi assouvir leur passion dans ce parc sous-marin. Tous ceux qui sont tentés par un baptême ou une initiation en auront également plein les yeux. Coraux, mais surtout poissons multicolores, se dévoilent ici. Il faut dire que la faune comme la flore prospèrent autour du Hickory, un navire envoyé par 18 mètres de fond en 1984 pour créer un récif artificiel. D’autres épaves sont également à découvrir et il n’est pas rare d’y voir surgir quelques barracudas impressionnants.

  • Punta Cana (Carte : F2)

    Ce paradis du tourisme ne sera pas du goût de tous. Il n’empêche que derrière les établissements hôteliers luxueux, de magnifiques plages bordées de cocotiers s’étendent sur 40 kilomètres. C'est l'endroit parfait pour s’adonner au farniente, mais aussi pour découvrir nombre d’activités, essentiellement nautiques, que l’on n’a pas l’habitude de pratiquer. Punta Cana est un bon point de départ pour partir en excursion dans le nord du pays. Un lieu idéal pour passer des vacances en famille dans un environnement magnifique.

  • Las Salinas (Carte : D3)

    Cadre étonnant que celui de Las Salinas, une petite localité qui porte bien son nom. Drôle de sensation à la vue des marais salants désertiques qui recouvrent une grande partie du paysage. Un panorama quasi lunaire, fascinant, qui prend fin avec la découverte de la baie de la Caldera. Cette petite plage voit passer quelques pêcheurs en route vers leurs barques depuis leurs cahutes en bois. On y profite d'une ambiance des plus sereines, loin de toute agitation, dans un environnement authentique au possible.

  • Cabarete (Carte : D1)

    C’est ce que l’on appelle un « spot » branché, un lieu particulièrement couru par les kitesurfeurs comme par les véliplanchistes, qui profitent de conditions idéales pour réaliser quelques envolées spectaculaires. Autour de ces activités nautiques s’est développée toute une économie touristique. Pour autant, avec son lagon magnifique et ses plages de rêve, la baie de Cabarete présente des arguments bien séduisants pour tous ceux qui cherchent le dépaysement, sans se couper du monde.

  • San Cristobal (Carte : D3)

    San Cristobal est une ville singulière, dont le destin est intimement lié à plusieurs moments historiques. Le palacio del ayuntamiento a par exemple vu la première constitution dominicaine ratifiée en 1844. Mais c’est surtout l’ombre du dictateur Trujillo qui plane sur cette cité de 140 000 habitants, avec la casa de Caoba, ou le castillo del Cerro. Des lieux étonnants, auxquels certains peuvent préférer une visite de la vieille cathédrale colorée ou du grouillant marché Modelo, où éclatent bruits et couleurs.

  • Santiago (Carte : D2)

    Avec ses 500 000 habitants, Santiago de los Caballeros n’a rien de bucolique, mais se révèle riche d’une histoire débutant avec l’arrivée de Christophe Colomb. Le poumon économique de l’île mérite que l’on s’y attarde. Du monument de la Restauration de la république au parc Duarte, en passant par la cathédrale de Santiago Apostol ou le palais consistorial, c’est une immersion dans une époque révolue. C’est également l’opportunité, loin des plages, de découvrir le quotidien de bien des Dominicains.

  • Fuerte San Felipe, Puerto Plata (Carte : D1)

    C’est pour sécuriser la ville et toute la région des raids des pirates et autres corsaires sillonnant les Caraïbes que la couronne d’Espagne décida d’ériger ce fort en 1577. Cet imposant édifice de pierre, situé à l’entrée du port, abrite désormais un modeste musée militaire. Joliment conservé, il se visite et permet de replonger dans la vie de caserne. Une reconversion bienvenue pour une San Felipe qui accueillait encore, au siècle dernier, les prisonniers de la dictature de Trujillo.

  • Loma Isabel de Torres, Puerto Plata (Carte : D1)

    Un Christ rédempteur, façon Rio de Janeiro mais de taille plus modeste, veille sur Puerto Plata depuis le sommet de La Loma Isabel de Torres. Pour grimper les 900 m de dénivelé, le plus simple est d’embarquer à bord du téléphérique. Si le temps le permet, le point de vue offre de jolies perspectives sur cette région montagneuse, comme sur le littoral. Un jardin botanique passionnant, débordant de fleurs exotiques, a également pris ses quartiers en ce lieu sauvage.

Points d'interêts touristique
  • Punta Rucia (C1)
  • Parque Nacional Monte Cristi, El Morro (C1)
  • Parque Submarino La Caleta (E3)
  • Punta Cana (F2)
  • Las Salinas (D3)
  • Cabarete (D1)
  • San Cristobal (D3)
  • Santiago (D2)
  • Fuerte San Felipe, Puerto Plata (D1)
  • Loma Isabel de Torres, Puerto Plata (D1)
Pourquoi nous choisir